« Monsieur Vieille nous a quitté le mardi 13 juin 2017. Il est parti discrètement, avec délicatesse, comme il a vécu, entouré des siens. Il a toujours su aligner sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Il a vécu sobrement, préférant le peu au trop, la résilience à la performance, la simplicité partagée à l’exploit personnel.

Outre le nom que porte notre société, Albert Vieille, il nous donne en héritage une culture d’entreprise faite de générosité et d’exigence, de rigueur et d’humour, de savoir et de curiosité. C’est ce qu’il m’a enseigné, et, à travers la différence de nos filtres personnels, c’est ce que je transmets à mon tour.
Je vois dans la vie de Monsieur Vieille l’exemplarité d’une œuvre accomplie.

Il a fait l’Ecole Centrale et, expert en chimie, il était heureux de voir à quel point notre laboratoire d’analyses occupait une place essentielle dans l’entreprise. Il y venait volontiers, échangeait quelques mots bienveillants, et repartait discrètement.

Il avait rêvé d’être ingénieur agronome et c’est son fils, Jean François, qui a réalisé ce rêve, avant de devenir, à son tour, comme son père, un expert, un maître de la distillation. Ce lien à la terre, cet amour de la nature, ce rêve d’agronome, nous le réalisons aussi avec nos filières de plantes à parfum, de rose, d’angélique et de camomille romaine, d’immortelle et de mélisse, la liste serait longue… Cela le réjouissait.

Monsieur Vieille était un être sensible et sa fille, Roseline, a écrit un livre merveilleux, Coulanes, dont il est l’un des personnages. Il s’y nomme Virgile. Virgile ce poète latin doué d’empathie tant envers l’homme que la nature et la terre. Coulanes est une œuvre poétique qui chante la véritable dimension de notre profession, liée à la terre et aux fleurs, et qui parle de notre raison d’être depuis plusieurs générations.

Il était un homme de foi, de vraie foi, de ferveur et de prière, et il était heureux de voir à quel point l’éthique est notre boussole et préside à toutes les décisions professionnelles que nous prenons au sein de l’entreprise.

Il était un entrepreneur et était heureux de voir à quel point nous portions ses propres valeurs. Un peu embarrassé quand même, car cela allait à l’encontre de son humilité naturelle, à l’idée que son nom était connu maintenant dans des pays si éloignés de son petit Golfe Juan natal.
Il nous appartient, chers clients et partenaires, chers coopérateurs de son entreprise, de continuer à faire rayonner cette source vivante. »

Georges Ferrando
Président.