neroli

 

Arbuste au feuillage vert brillant, l’oranger amer s’orne au printemps de fleurs blanches à cinq pétales charnues. Groupées à l’aisselle des feuilles, elles renferment de petites glandes à essences très odorantes. Les fleurs d’oranger s'épanouissent au printemps, de mars à avril selon les régions et les années. Au levée du jour une fois la rosée déposée, les boutons floraux sont délicatement cueillis à la main ou ramassés sur un drap au pied de l’arbre.

 

Cette année, grâce à des chaleurs inhabituelles du printemps tunisien & marocain et des fortes pluies automnales, la floraison de l’oranger bigaradier a été favorable. Les fleurs cireuses ont formé un épais tapis blanc aux pieds des arbres. En Tunisie par exemple, la récolte a bousculé toutes les estimations pour atteindre 850 tonnes contre 750 tonnes en 2012. Les usines ont ainsi pu réaliser 700 kg d’huile essentielle avec le meilleur rendement. Les orangers bigaradiers encore remplis de fleurs donneront prochainement leurs fruits.

Matière première aromatique

La récolte de ciste/labdanum a débuté en Juin et s'est finalisée en Août. La campagne 2012 est à un niveau comparable à celle de 2011 malgré la forte sécheresse qui a frappé la région de Séville en Espagne. Les conditions de récolte ont été difficiles cette année à cause de la chaleur. Sous menace constante d'incendie, les horaires de récolte ont été réduits pour la sécurité des collecteurs. Pendant la campagne de ciste, notre unité de production tourne en continue. Une équipe de nuit distille le ciste, tandis qu'au petit matin, sur les collines odorantes de la réserve naturelle d'Almaden de la Plata, les collecteurs ont déjà repris leur travail. A l'aide d'une faucille, ils ne coupent que les jeunes rameaux gorgés de gomme. Arrivés à l'usine, les rameaux sont distillés pour donner de l'huile essentielle ou extraits aux solvants pour donner successivement de la concrète puis de l'absolue de ciste. Pour se protéger d'une évaporation excessive au soleil, le ciste produit un exsudat résineux, très odorant, le labdanum. C'est cette gomme que nous récupérons pour fabriquer le résinoïde labdanum.

Matières premières aromatiques du Ciste

Véritable or liquide pour les parfumeurs, le Néroli se décline en deux matières premières 100% pures et naturelles : l’huile essentielle, obtenue par entraînement à la vapeur d’eau des fleurs fraîchement cueillies et l’eau florale qui est l’eau de distillation.

Symbole de pureté et d’innocence, le Néroli dégage un délicieux parfum floral et poudré, succès universel pour toute composition. Dès les premières notes, son huile essentielle nous est familière par sa fragrance typique de la fleur d’oranger évoquant l’enfance et les gâteaux de nos grand-mères. Dans son lit chaud et apaisant, le Néroli berce par ses effluves suaves et gourmands agréablement miellés suggérant le pain d’épice. A travers ce sommeil profond et réconfortant, l’huile essentielle de Néroli se transforme progressivement en une véritable révélation. Portées par un sentiment de renaissance, les notes vertes citronnées et subtilement épicées nous offre fraîcheur et légèreté. A la fois source de douceur et de vitalité, le Néroli propose ainsi une inoubliable légende en provenance du jardin des Hespérides.

Origine

Originaire d’Asie du Sud-Est, l’oranger amer longe le bassin méditerranéen. Peu exigeant quant à la qualité du sol, il préfère les sols drainés légèrement acides mais tolère le calcaire et l’excès d’eau.

L’huile essentielle de Néroli et l’eau florale sont issues du Citrus aurantium var. amara signifiant « citron d’or amer». “Bigarade” vient du provençal bigarrado (orange aigre et variété de cerise) et bigarra qui a donné bigarreau (variété de cerise) et le verbe bigarrer, qui se dit pour un fruit qui n’est mûr que d’un côté, telle une orange en train de murir.

Histoire

Signe d’abondance et de fertilité, la fleur d’oranger parait les jeunes mariées perses et arabes et fut transmise aux chrétiens par les Croisés au Moyen-Age, décorant les couronnes et diadèmes. Sous Louis XIV, on utilisait des lotions à base d’essence de fleur d’oranger, et les appartements royaux étaient parsemés de fleurs. Nommé «l’eau d’orange», il faut attendre le XVIIième siècle pour que le terme « Néroli » apparaisse, en référence à la duchesse de Trémoille, princesse de Nérola qui parfumait ses gants et son bain avec cette essence très parfumée. L’huile essentielle de Néroli est ainsi devenue une matière incontournable de l’Eau de Cologne et son eau aromatique est toujours utilisée dans les soins pour tonifier et adoucir les peaux sensibles.