Dans le cadre de la Recherche et Développement au sein de l’entreprise Albert Vieille, l’équipe du laboratoire est en lien étroit avec des instituts de recherche publics, pour contribuer au développement de la connaissance sur les matières premières naturelles.

Dans le cas de l’encens, malgré toutes les connaissances accumulées jusqu’à aujourd’hui sur son histoire et ses caractéristiques, les molécules odorantes propres à l’odeur « vieille église » n’avaient pas encore été identifiées. En cause des méthodes d’analyse complexes à mener, et des molécules odorantes trop faiblement présentes dans la matière première.

Ainsi Albert Vieille SAS et Nicolas Baldovini du CNRS/UNS initient un partenariat en 2011 pour identifier les molécules responsables de l’odeur « vieille église » de l’huile essentielle d’encens.

Albert Vieille SAS a notamment sélectionné et fourni la matière première, l’huile essentielle pure et naturelle d’Encens Somalie, nécessaire aux recherches. Les étapes furent longues avant que Nicolas Baldovini et son équipe isolent après plusieurs fractionnements sous vide, extractions, et séparations par chromatographie, les molécules responsables de l’odeur caractéristique. L’huile essentielle et toutes les fractions, issues des différentes étapes de séparations ont été analysées en Chromatographie en phase gazeuse couplée à un olfactomètre (GC/O) et évaluées par un panel formé afin de décrire les molécules constituantes présentes ainsi que leurs impacts olfactifs.

La découverte a permis de mettre en évidence que l’odeur caractéristique de l’encens est due à des molécules présentes en faibles quantités dans l’huile essentielle. Puis une analyse par Résonnance Magnétique Nucléaire a permis de déterminer les structures de ces molécules isolées et leurs synthétisations ont pu confirmer leurs identifications. Cette découverte a fait l’objet d’un brevet.

Les deux molécules, qui donnent à l’encens son odeur si particulière de "vieille église", ont été identifiées comme étant les acides (+)-trans- et (+)-cis-2-octylcyclopropane-1- carboxylique. Tous les résultats de la recherche sont publiés sur le site de la revue Angewandte Chemie International Edition et dans un communiqué du CNRS.