Benjoin Laos

Résinoïde

Styrax tonkinensis

F&F

Données générales

Vous devez être connecté pour télécharger les documents

Fiches technique

GHSCLP

Fiches de sécurité

GHSCLP

Casher

K

Détails du produit

Notre plus-value

Nous nous assurons de la conformité légale à chaque étape de la filière, de la collecte à l’export de la matière première végétale et travaillons sur la soutenabilité de la filière. Nous transformons la gomme dans notre centre de production à Séville.

Le benjoin est utilisé dans les accords orientaux ou avec des matières premières florales telles que la rose ou le frangipanier. Sa facette cinnamique accompagne les matières premières aux notes animales et fumées comme celles d’un accord tabac.

Originaire d’Asie orientale, le Styrax tonkinensis est un grand arbre qui pousse spontanément sur les hauts plateaux du Laos, de Thaïlande et dans le Nord du Vietnam. Historiquement, deux qualités de benjoin se démarquent. Le benjoin Siam, extrait du S. tonkinensis du Laos, est connu pour la rondeur de ses facettes vanillés et balsamiques. La seconde qualité, plus épicée, moins vanillée, que l’on appelle benjoin Sumatra, est obtenue à partir de deux espèces d’arbres à benjoin : le S. benzoin et le S. paralleloneurum d’Indonésie.

Après 8 ans en sol, les arbres sont exploités une douzaine d’années. Pour stimuler la sécrétion de résine, les récolteurs réalisent le gemmage, incision du tronc des arbres. Pour ce faire, le collecteur monte tout en haut des arbres puis redescend en entaillant l’écorce à trois endroits. Lorsque cette résine s’écoule de l’arbre, elle est d’abord blanche puis s’oxyde au contact de l’air. Sa couleur varie alors de l’ivoire au brun ambré. Les plus grosses larmes sont claires, de couleur crème et teintées d’orange et les petites plus foncées, ambrées. Après la récolte, le benjoin est acheminé dans des sacs en toile de jute jusqu’aux entrepôts où les larmes seront nettoyées et triées.

En haut
ipsum nunc libero eget ipsum lectus Praesent venenatis, elit.