Girofle clous Indonésie

Huile essentielle

Eugenia caryophyllata

A&C

Données générales

Vous devez être connecté pour télécharger les documents

Fiches technique

GHSCLP

Fiches de sécurité

GHSCLP

Casher

K

Détails du produit

Coté fragrance

Souvent au cœur des notes épicés pour ses notes eugénol et cuirées, le clou de girofle est aussi utilisé dans les reconstitutions de note d’œillet pour apporter une touche de naturalité à l’accord. On le retrouve souvent au cœur des arômes de dentifrice ou de produits à usage dentaire.

Anti-infectieuse. Stimulante et aphrodisiaque légère.

*Ces propriétés d’aromathérapie sont issus d’ouvrages spécifiques et de base de données et vous sont données à titre d’information. Elles ne suffisent en aucun cas à bâtir une allégation de santé ou un quelconque diagnostic en vue d’une application thérapeutique.

Le giroflier est un petit arbre tropical au feuillage persistant vert sombre. La face inférieure des feuilles est parsemée de poches sécrétrices contenant les principes odorants. Mais la partie la plus parfumée de la plante est constituée par ses boutons floraux, plus connus sous le nom de « clous de girofle ». Les fleurs épanouies sont blanc rosé à rouge carmin, dressées et groupées par trois. Lors de la récolte de la matière première pour la distillation, le feuillage du giroflier est taillé. Les rameaux feuillés coupés sont ensuite distillés en une huile essentielle riche en eugénol, molécule précurseur de l’arôme de vanille. Sa fragrance est épicée et piquante, à la facette boisée. Le nom botanique du giroflier est Syzygium aromaticum. Il possède deux synonymes : Caryophyllus aromaticus et Eugenia caryophyllata.

Natif de l’archipel indonésien des Moluques, le giroflier est un arbre endémique lié aux traditions locales. Une des coutumes indigènes est de planter un giroflier à chaque naissance. La bonne croissance de l’arbre est un signe de bon augure pour l’enfant. Introduit en Europe au Moyen-Age, l’origine géographique du giroflier fut longtemps tenue secrète, en raison de la cherté de l’épice. Arbre convoité, le giroflier fut – aux côtés du muscadier – l’objet d’une concurrence intense entre les Portugais et les Hollandais. En 1747, Pierre poivre brise ce monopole en introduisant le giroflier dans les îles tropicales françaises.

En haut
risus fringilla accumsan Praesent at ultricies dapibus Curabitur odio