Santal Australie

Huile essentielle

Santalum spicatum

A&C

Données générales

Vous devez être connecté pour télécharger les documents

Fiches technique

GHSCLP

Fiches de sécurité

GHSCLP

Casher

K

Détails du produit

Coté bien-être

Apaisante et calmante nerveuse, circulatoire, régénératrice cutanée. Calmante, apaisante et positivante, elle favorise la sérénité.

*Ces propriétés d’aromathérapie sont issus d’ouvrages spécifiques et de base de données et vous sont données à titre d’information. Elles ne suffisent en aucun cas à bâtir une allégation de santé ou un quelconque diagnostic en vue d’une application thérapeutique.

Le santal australien est un petit arbre persistant originaire des régions arides d’Australie. Très répandu dans le sud Ouest du pays, il se développe en symbiose avec une plante de son environnement, principalement du genre Eucalyptus ou Acacia. Ce hémiparasite réalise sa propre photosynthèse, mais puise l’eau et les nutriments chez son hôte grâce à son système racinaire. Le bois de cœur tendre et odorant est enveloppé d’une écorce rugueuse et fibreuse. Le tronc et les racines du santal australien, débarrassés de l’écorce, sont distillés pour obtenir une huile essentielle à l’odeur santalée caractéristique. Son boisé doux, aux accents épicés, ressemble au parfum du santal indien (Santalum album) mais sa facette terreuse, plus brute, en fait une matière originale et distincte.

Distillée expérimentalement pour la première fois en 1875, l’huile essentielle de santal australien commence à être produite de manière sporadique par quelques petites distilleries australiennes. L’huile essentielle étant de plus en plus appréciée, l’exploitation de l’arbre sauvage s’intensifie. Elle devient une des plus importantes sources de revenu pour l’économie de l’Australie de l’Ouest. Elle permet également le développement de l’intérieur des terres. Afin de pérenniser les ressources naturelles de santal, la récolte du bois est réglementée depuis les années 1920 par la Western Australien Sandalwood Control Act (1929). Des cultures ont été mises en place pour renouveler les populations d’arbres, et la production d’huile essentielle ne provient que de ces cultures.

En haut
suscipit commodo et, dapibus luctus vulputate, sem, Lorem