Styrax Honduras

Huile essentielle

Liquidambar styraciflua

F&F

Données générales

Vous devez être connecté pour télécharger les documents

Fiches technique

GHSCLP

Fiches de sécurité


Casher

K

Détails du produit

Notre plus-value

Initialement engagé auprès du NRSC, Albert Vieille continue activement les actions de l’association pour la filière du Styrax au Honduras. Le projet du NRSC a notamment permis la mise en place de bonnes pratiques de gestion forestière ainsi que la création en 2016, par le gouvernement, d’une réserve anthropologique pour sauvegarder les terres et activités de la communauté des Pech. Début 2018, Albert Vieille a financé la mise en place d’un système solaire photovoltaïque dans le bâtiment de l’APARFSS (association de producteurs de styrax au Honduras) qui n’avait jusqu’alors pas d’électricité.
Nous transformons nous-même la gomme dans notre centre de production à Séville.

L’huile essentielle de styrax permet de développer des accords tabacés et cuirés ainsi que d’arrondir les notes épicées ou florales par ses facettes cinnamiques.

Le styrax est un arbre appartenant au genre Liquidambar. L’origine de son nom vient du latin « Liquidus » et de l’arabe « Ambar » qui signifie « Ambre liquide » en référence à la gomme très odorante qu’il exsude lorsqu’il est blessé. Deux variétés de styrax sont utilisées en parfumerie : le styrax d’Asie ou Liquidambar orientalis et le styrax d’Amérique ou Liquidambar styraciflua que nous proposons. Cet arbre monumental peuple spontanément les denses forêts tropicales de la chaîne montagneuse d’Olancho en Honduras. On le retrouve aussi au Guatemala, au Mexique et au Salvador.
Il semblerait que dans l’Egypte ancienne – 3000 ans avant JC – les Egyptiens utilisaient la résine du styrax pour l’embaumement des corps. Des traces de l’utilisation du styrax dans les tombes Incas datant des 14ème et 15ème siècles ont également été détectées grâce à la présence d’acide cinnamique et de styrol, molécules caractéristiques de la résine. Le styrax était très utilisé à une certaine époque aux Amériques, pour soigner les infections des voies pulmonaires et soigner les plaies. Il fût introduit en Europe par Cortès au 15ème siècle, et importé en grande quantité pour ces nombreuses qualités olfactives et médicinales.

La récolte du styrax est pratiquée d’avril à novembre par la seule tribu Pech au Honduras. Les collecteurs incisent le tronc de l’arbre sous forme de cavités, pour solliciter son exsudation. Le précieux ambre liquide s’y accumule. Un arbre adulte produit entre 6 et 8 kg de résine styrax. Un mois après l’incision, le styrax est recueilli à l’aide de spatule. Il est ensuite filtré pour enlever les impuretés avant d’être transformé en huile essentielle par distillation à la vapeur et en résinoïde par extraction éthanolique.

En haut
risus lectus et, pulvinar justo porta. vel, venenatis, risus.